Besoin d’aide ?

Vous trouverez ci-dessous la documentation de Metatogger, disponible qu’en français, sous la forme d’une foire aux questions. Avant de solliciter le support technique, merci de vous être assuré que la réponse à votre question ne figure pas déjà sur cette page.


Installation

Metatogger requiert l’installation préalable du .NET Framework (x86) (dans sa version 4.6 ou supérieure). Metatogger utilise également le runtime Visual C++ 2015, XAudio2 2.7 et SQL Server 2012/2014/2016 LocalDB. Tous ces prérequis sont installés automatiquement si nécessaire lors de l’installation du logiciel. L’utilisateur n’a donc pas à s’en soucier.

Metatogger peut fonctionner sur toutes les versions de Windows supportées la version 4.6 du .NET Framework par ces prérequis : Windows 10, Windows 8.x, Windows 7, Windows Server 2008 Service Pack 2, Windows Server 2008 R2, Windows Vista Service Pack 2.

Metatogger est disponible officiellement en français et en anglais. Par défaut, Metatogger démarre dans la langue de Windows si celle-ci est disponible, et en anglais dans le cas contraire. La langue utilisée peut être changée à volonté dans les options du logiciel.

L’ajout d’une langue supplémentaire dans Metatogger est très facile et ne nécessite pas de recompiler le logiciel. Les candidats à la traduction sont invités à prendre contact avec le support technique. Ainsi, grâce à ses utilisateurs bénévoles, Metatogger est également disponible en italien, espagnol et allemand.

L’objectif originel de Metatogger était de promouvoir les standards ouverts dans le multimédia numérique, notamment ceux de la fondation Xiph (Ogg Vorbis, FLAC, etc.), d’où le « ogg » dans le nom du produit. La première version du logiciel ne supportait donc que ces formats de fichiers.

Aujourd’hui, Metatogger supporte les formats de fichiers audio les plus populaires : Ogg Vorbis, FLAC natif, MP3, M4A (AAC et ALAC) et Windows Media Audio (y compris dans ses variantes professionnelles et sans perte).

Metatogger utilise en interne la bibliothèque open source TagLib pour lire et écrire les tags dans les fichiers audio.

L’unique auteur de Metatogger, Sylvain Rougeaux, a commencé le développement du logiciel en 2005.

Metatogger a été développé en C# avec Visual Studio. Son interface graphique, vectorielle, repose sur WPF (Windows Presentation Foundation). En interne, Metatogger utilise la bibliothèque open source TagLib pour lire et écrire les tags dans les fichiers audio.

Metatogger dispose de plusieurs outils (reconnaissance par empreinte acoustique, recherche de pochettes de disques ou de paroles) nécessitant une connexion au réseau internet.

Si un proxy est utilisé pour se connecter au réseau internet, il convient de le spécifier dans les paramètres avancés en passant le paramètre UseProxy à true et en configurant les paramètres du proxy : ProxyAddress et le couple ProxyUserName - ProxyPassword le cas échéant.

L’utilisateur peut, s’il le souhaite, réinitialiser les paramètres de Metatogger en cliquant sur le bouton ad hoc disponible sous l’onglet Application du ruban.

Attention, cette réinitialisation entraînera la perte de toutes les personnalisations effectuées dans le logiciel (configurations d’espace de travail, jeux de tags prédéfinis, etc.). Par ailleurs, cela entrainera la réinitialisation de tous les scripts par défaut.

Fonctionnement de l’espace de travail

A la différence d’autres éditeurs de tags du marché, Metatogger ne repose pas directement sur l’arborescence du système de fichiers. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de charger préalablement les fichiers audio dans l’espace de travail. L’avantage est de pouvoir manipuler des fichiers audio qui ne seraient pas stockés dans le même répertoire.

Il existe cinq méthodes pour ajouter des fichiers audio dans l’espace de travail de Metatogger :

  • La commande Ajouter des fichiers du ruban, pour sélectionner un ou plusieurs fichiers ;
  • La commande Ajouter des répertoires du ruban, pour sélectionner un ou plusieurs dossiers contenant les fichiers audio à ajouter. Si un des dossiers sélectionnés contient des sous-dossiers, Metatogger demandera s’il convient ou non de les importer également ;
  • L’ouverture d’une liste de lecture ou « playlist » au format M3U, pour en charger les éléments ;
  • Glisser-déposer dans l’espace de travail de Metatogger un ou plusieurs fichiers audio, préalablement sélectionnés dans l’explorateur de fichiers de Windows.
  • La commande Ouvrir dans Metatogger du menu contextuel des dossiers affichés dans l’explorateur de fichiers de Windows.

Plusieurs méthodes permettent de retirer des fichiers de l’espace de travail :

  • La commande Tout retirer vide totalement l’espace de travail ;
  • La commande Retirer les éléments sélectionnés ou un appui sur la touche suppr, après avoir sélectionné un ou plusieurs fichiers (Maj/Ctrl + clic) ;
  • La commande Retirer les éléments activés ;
  • La commande Retirer les éléments manquants qui permet de retirer les fichiers physiquement absents (supprimés ou déplacés).

Les outils de Metatogger n’agissent que sur les éléments activés. L’activation et la désactivation des éléments est donc une tâche courante qu’il convient de savoir faire avec efficacité.

Toutes les commandes nécessaires sont disponibles dans le ruban :

  • Activer et Désactiver permettent d’activer (ou de désactiver) tous les éléments sélectionnés ;
  • Activer et désactiver le reste et Désactiver et activer le reste permettent d’activer (ou de désactiver) tous les éléments sélectionnés et de désactiver (ou d’activer) les éléments non sélectionnés ;
  • Inverser permet d’activer les éléments désactivés et de désactiver les éléments activés.

Les outils d’activation et de désactivation automatique sont étroitement liés à la sélection.

La sélection multiple fonctionne dans Metatogger comme dans la plupart des logiciels : maintenir appuyée la touche Ctrl permet d’ajouter (ou de supprimer) de la sélection un autre élément, et maintenir appuyée la touche Maj permet de sélectionner (ou de désélectionner) tous les éléments situés dans un intervalle. Le raccourci clavier Ctrl+A permet de tout sélectionner. Enfin, il est possible de sélectionner des éléments en dessinant un rectangle avec la souris.

D’autres fonctionnalités de Metatogger peuvent tenir compte de la sélection dans leur action : le retrait de fichiers de l’espace de travail, l’enregistrement ou l’annulation des modifications, la suppression physique des fichiers, la sélection des éléments dans l’explorateur de fichiers, etc.

Si les éléments sont groupés par champs dans l’espace de travail, un clic sur le nom du groupe du groupe permet de sélectionner tous les éléments du groupe, ainsi que de ses sous-groupes, le cas échéant.

Voici une petite vidéo montrant quelques manipulations courantes :

Il est possible de filtrer les éléments dans l’espace de travail grâce à la ligne de filtrage (première ligne de la grille). Ainsi, seuls les éléments contenant le filtre entré par l’utilisateur seront affichés. Les filtres ne tiennent pas compte de la casse : flac renverra indistinctement « FLAC » comme « flac ».

Une commande Rechercher, disponible en cliquant droit sur les en-têtes de colonnes, permet d’ouvrir un champ de recherche qui filtrera les éléments en agissant sur les valeurs de toutes les colonnes.

Une commande Filtre avancée… est disponible en cliquant droit sur les en-têtes de colonne et permet à l’utilisateur de paramétrer finement les filtres qu’il entend voir appliqués :

Fenêtre de paramétrage des filtres avancées

L’espace de travail est d’une grande flexibilité, l’utilisateur pouvant le personnaliser à ses besoins.

Ainsi, les éléments chargés dans l’espace de travail peuvent être triés ou groupés :

  • Les éléments peuvent être triés par ordre croissant ou décroissant en cliquant sur les en-têtes de colonnes ; en cliquant sur Maj lors du clic, il est possible de trier sur plusieurs colonnes à la fois ;
  • Les éléments peuvent être groupés en glissant les en-têtes de colonnes sur la barre ad hoc ; des sous-groupes peuvent être créés de la même façon.

De même, il est possible de modifier l’affichage des colonnes disponibles dans l’espace de travail :

  • Les colonnes peuvent être affichées ou masquées en cliquant droit sur leur en-tête et sélectionnant la commande Choisir mes colonnes ;
  • Les colonnes peuvent être déplacées par glisser-déposer ;
  • La largeur d’une colonne peut être adaptée automatiquement à son contenu en double cliquant sur la bordure droite de l’en-tête de cette colonne ; une commande Ajuster la largeur (toutes les colonnes), permet d’ajuster automatiquement la largeur de toutes les colonnes visibles dans l’espace de travail, à leurs contenus respectifs ;
  • Il est possible de figer des colonnes sur la gauche ou la droite de l’espace de travail de façon à ce qu’elles restent toujours visibles, indépendamment de la position de la barre de défilement horizontal, en cliquant droit sur l’en-tête de colonne et en sélectionnant un des styles fixes proposés (droite ou gauche).

Une fois l’espace de travail configuré aux besoins de l’utilisateur, il est possible de le sauvegarder pour le rétablir ultérieurement. Cela permet de préparer plusieurs configurations d’espace de travail adaptées à différentes tâches. La configuration d’espace de travail qui sera utilisée au démarrage du logiciel peut être définie sous l’onglet Application.

Plusieurs configurations sont proposées par défaut dans Metatogger. A la différence des configurations « utilisateur », les configurations fournies par défaut ne peuvent pas être supprimées.

Lorsque l’utilisateur sauvegarde la configuration d’un espace de travail, Metatogger lui demande quels aspects de l’espace de travail il souhaite enregistrer : la visibilité, la largeur ou la position des colonnes, le groupage, le triage, le nombre de colonnes figées.

Lorsque qu’une configuration est rétablie, seuls les aspects sauvegardés écraseront ceux de l’espace de travail en cours.

Voici une vidéo de démonstration :

Il est possible d’exporter les éléments sélectionnés dans un tableur par simple copier-coller. Utilisez les raccourcis claviers : Ctrl+A pour tout sélectionner (Ctrl/Maj + clic pour une sélection multiple), Ctrl+C pour copier et Ctrl+V pour coller les données dans une feuille de calcul.

Il est également possible d’exporter les données de l’espace de travail au format Excel (.xlsx) ou CSV (.csv) en cliquant sur le bouton Exporter les données disponible dans l’onglet d’Application. L’export au format Excel permet de conserver les groupes et les filtres définis dans l’espace de travail.

Il est possible d’enregistrer la session de travail, comportant les fichiers audio chargés, les modifications en attente d’enregistrement et la configuration de l’espace de travail, pour la restaurer ultérieurement, en cliquant sur le bouton Enregistrer sous ou Charger de l’onglet Application.

Les fichiers de sessions de travail Metatogger ont l’extension .jms (JSON Metatogger session). Un fichier de ce type est créé automatiquement en cas de plantage du logiciel pour éviter à l’utilisateur de perdre son travail en cours. Ce fichier de récupération est enregistré sous <LocalApplicationData>\Luminescence_Software\Metatogger_recovery.jms.

La lecture des fichiers audio peut être contrôlée dans Metatogger avec les boutons Jouer, Pause et Stop. La ligne de l’élément en cours de lecture apparait avec un fond mauve dans l’espace de travail.

Les valeurs modifiables, comme les tags, apparaissent en noir. Les champs en lecture seule, comme les informations techniques sur les fichiers, apparaissent en couleur. Les éléments désactivés, protégés contre les modifications automatiques, apparaissent en gris. Un bandeau mauve indique que le fichier est en cours de lecture dans Metatogger.

Les mises en surbrillance des modifications

Gestion des tags

Metatogger prend en charge tous les tags composés de textes. Le seul tag binaire pris en charge par Metatogger est le tag Pochette, composé d’une image.

Chaque tag dispose d’une colonne dédiée dans l’espace de travail. Metatogger ajoute dynamiquement les colonnes nécessaires de façon à appréhender à l’identique tous les tags.

Il est possible d’ajouter manuellement une colonne pour éditer un tag quelconque défini par l’utilisateur en cliquant droit sur un en-tête de colonne et de cliquer sur le bouton Ajouter un tag utilisateur…

Comme Metatogger créé automatiquement une colonne pour chaque nouveau tag qu’il rencontre dans les fichiers audio, il peut arriver de se retrouver avec un nombre important de colonnes indésirables, notamment après avoir supprimé les tags correspondants. Il est alors possible d’utiliser la commande Nettoyer les colonnes du même onglet pour supprimer de l’espace de travail toutes les colonnes devenues inutiles parce que dépourvues de valeurs à afficher. Les colonnes standards (Artiste, Titre, etc.), disponibles dans Metatogger même en l’absence de fichier chargé, ne peuvent être supprimées.

Les tags multi-lignes sont des tags qui contiennent un retour à la ligne. Tous les tags peuvent être multi-lignes dans Metatogger. Pour des raisons de cohérence et de la lisibilité de l’affichage, seule la première ligne de chaque tag est affichée dans l’espace de travail.

La valeur du tag est en revanche affichée dans son intégralité dans le panneau Propriété. L’édition d’un tag multi-ligne se fera donc par l’intermédiaire de ce panneau, après avoir sélectionné l’élément concerné dans l’espace de travail.

Les tags multiples sont des tags qui contiennent plusieurs valeurs. Par exemple, la chanson « Ne lui dis pas » du trio « Fredericks, Goldman, Jones » pourrait avoir trois tags Artiste : ARTIST=‘Jean-Jacques Goldman’, ARTIST=‘Carole Fredericks’ et ARTIST=‘Michael Jones’.

Comme un tag ne peut avoir qu’une seule colonne dans l’espace de travail, les valeurs des tags multiples sont concaténées et séparées par des points-virgules. Les tags mentionnés ci-dessus s’afficheraient sous la forme « Jean-Jacques Goldman; Carole Fredericks; Michael Jones » dans la colonne Artiste.

Metatogger supporte les tags au format ID3 v1 (en lecture), 2.2, 2.3 et 2.4 (en lecture/écriture). Les tags à la norme ID3 v1 sont convertis en version 2 lors de l’enregistrement des éléments.

Il est toutefois possible de forcer la conversion vers une des versions de la norme ID3 v2. Le fichier JSON des paramètres avancés de Metatogger, accessible en cliquant sur Modifier les paramètres avancés… sous l'onglet Application du ruban, contient deux paramètres : MinID3Version défini à id3v23 et MaxID3Version à id3v24. Par défaut donc, les tags ID3 v2.2 seront convertis au format v2.3, tandis que les tags ID3 v2.4 ne feront l’objet d’aucune conversion. Il suffit de définir ces deux valeurs à id3v23 ou id3v24 pour forcer la conversion des tags ID3 à ces normes.

Mais attention, la norme ID3 v2.4, bien que vielle de plus de 13 ans (sortie en 2003) n’est toujours pas bien supportée par certains lecteurs multimédias, à commencer par Windows Media Player ou Groove (y compris dans leur version fournie avec Windows 10). Si vous tenez à pouvoir lire vos tags avec les logiciels Microsoft (ex. : explorateur de fichiers), vous n'aurez d'autres choix que de définir le paramètre MaxID3Version à id3v23. Sachez toutefois que certains tags ID3 ne peuvent être enregistrés que dans la norme ID3 v2.4 car nouveaux dans cette version : RELEASEDATE, TAGGINGDATE, MOOD, PRODUCEDNOTICE, ALBUMSORT, TITLESORT, ARTISTSORT. En conséquence, Metatogger ignorera le paramètre MaxID3Version si son respect aboutit à ne pas pouvoir enregistrer ces tags.

Pour des raisons techniques liées à l’utilisation du XAML et/ou pour respecter la norme Vorbis Comment, les caractères suivants ne peuvent être utilisés dans les noms de tags :

. " ' [ ] ( ) / =

Tout caractère UTF8 peut en revanche être utilisé comme valeur d’un tag.

Toutes les modifications effectuées sur les tags dans Metatogger ne sont enregistrées que lorsque l’utilisateur le décide, en cliquant sur le bouton Enregistrer… tous les éléments, ceux sélectionnés ou ceux activés.

On peut constater sur la capture d’écran ci-dessous que les tags modifiés apparaissent en gras. En survolant la cellule d’un tag supprimé avec le curseur de la souris, la valeur précédente du tag est indiquée dans une infobulle.

Les mises en surbrillance des modifications

Les modifications peuvent être annulées à tout moment en cliquant sur le bouton Annuler… tous les éléments, ceux sélectionnés ou ceux activés. Cette commande annule toutes les modifications apportées aux éléments concernés.

Il est également possible d’annuler les modifications appliquées à un tag en particulier, sur un ou plusieurs éléments préalablement sélectionnés. Pour ce faire, il suffit de cliquer sur le bouton Annuler le tag courant ou de presser les touches Ctrl+Alt+Backspace, après avoir pris soin de sélectionner une cellule de la colonne correspondant au tag dont les modifications doivent être annulées.

Ajouter un tag dont l’édition n’est pas proposée par défaut suppose la création d’un tag utilisateur, par un clic sur le lien Ajouter un tag utilisateur… de l’outil Ajouter ou modifier des tags. Une boîte de dialogue permettra alors à l’utilisateur d’ajouter une colonne dans l’espace de travail.

La fenêtre d’ajout de tags utilisateurs

Il peut être indiqué à Metatogger de ne pas toucher aux tags qui existeraient déjà dans les éléments. Cela permet de ne compléter que les tags manquants.

Pour les outils de Metatogger disposant de panneau dédié, le comportement de Metatogger est indiqué par une case à cocher située en bas dudit panneau, intitulée Ecrase les tags existants.

La préservation des tags existants dans les panneaux d’outils

Pour les outils d’application directe qui ne disposent pas de panneau dédié, Metatogger demande à l’utilisateur le comportement souhaité.

La fenêtre pour préserver les tags existants

Les identificateurs, utilisés par certains outils de Metatogger, sont des variables qui contiendront la valeur du tag qu’ils définissent. Ils sont formés du nom du tag, entourés du caractère « | » : |nom_du_tag|. Ils seront remplacés par la valeur du tag correspondant. Les identificateurs ne tiennent pas compte de la casse ; par conséquent, |ARTIST| et |artist| renverront le même tag.

Outre la valeur des tags, d’autres informations peuvent être récupérées par le biais d’un identificateur :

  • |codec| retourne le nom du codec (ex : MP3, FLAC, Vorbis, etc.) ;
  • |codec version| retourne la version du codec ;
  • |sample rate| retourne la fréquence d’échantillonnage (ex : 44100, 96000, etc.) ;
  • |duration| retourne la durée du morceau ;
  • |seconds| retourne la durée du morceau en secondes ;
  • |bitrate| retourne le débit ;
  • |bits per sample| retourne le nombre de bits par échantillon (ex : 16, 24, etc.) ;
  • |channel mode| retourne le mode de spatialisation du son (ex : mono, stéréo, 5.1, etc.) ;
  • |channels| retourne le nombre de canaux.
  • |filename| retourne le nom du fichier, sans son extension.

Il est également possible d’utiliser l’identificateur joker |fake|, correspondant à une information quelconque que Metatogger doit ignorer.

Les identificateurs s’utilisent le plus souvent sous forme de masque. Par exemple, si j’indique que mes noms de fichiers sont composés selon le masque |artist| – |fake| – |title|, un fichier nommé Coldplay – whatever – Viva la vida.flac, permettra à Metatogger de déduire que l’artiste est « Coldplay » et que le titre du morceau est « Viva la vida ».

Les identificateurs peuvent être placés au sein de blocs conditionnels, matérialisés par les caractères « < » et « > ». Si un des tags requis dans le bloc venait à manquer, l’intégralité du bloc serait ignorée. Ainsi, si je demande à Metatogger de renommer mes fichiers selon le masque <|artist| – ><[|album| #|tracknumber|] >|title|, le nom de fichier pourrait être Coldplay – [Viva la vida #07] Viva la vida.flac, mais sera Coldplay – Viva la vida.flac si le tag ALBUM ou TRACKNUMBER venait à manquer. Cela permet d’éviter de retrouver des caractères séparant des informations absentes dans le nom du fichier, comme Coldplay – [ #] Viva la vida.flac.

Un menu contextuel, accessible par un clic droit, facilite la saisie des masques en proposant la liste des identificateurs les plus courants.

Une pochette embarquée est stockée dans un tag binaire du fichier audio, tandis qu’une pochette externe est enregistrée sous forme de fichier indépendant, placée dans le même répertoire que les fichiers audio qu’elle accompagne. Metatogger permet de gérer ces deux types de pochette.

Une pochette embarquée peut être copiée en tant que pochette externe et vice-versa par un clic droit sur ladite pochette dans le panneau Propriétés. Ce menu contextuel permet également de supprimer ou d’exporter l’image.

Le nom du fichier qui sera recherché par Metatogger pour constituer la pochette externe est configurable sous l’onglet Application du ruban. Par défaut, ce nom est défini à folder.jpg et correspond au nom utilisé par Windows Media Player pour afficher la pochette de l’album dans son interface.

Lorsque l’outil de récupération des pochettes est utilisé pour enregistrer les images sous forme de fichier dans le dossier des fichiers audio, deux options s’offrent à l’utilisateur :

  • Soit enregistrer automatiquement l’image sous le nom défini comme étant celui de la pochette externe ;
  • Soit laisser Metatogger demander à l’utilisateur de choisir un nom personnalisé, à chaque enregistrement de pochette. Ce deuxième choix s’impose lorsque plusieurs pochettes doivent être enregistrées dans le même dossier.

Certains tags comportent des anomalies qu’il est difficile à identifier parce que discrètes, comme une simple faute d’orthographe. En effet, l’oeil humain est très mauvais pour retrouver un « George Brassens » dans une nuée de « Georges Brassens », ou « Fools Garden » dans une nuée de « Fool’s Garden ».

Metatogger comporte une fonctionnalité permettant de souligner les tags identiques avec la même couleur. Il sera ainsi beaucoup plus aisé d’identifier les tags intrus en mettant en exergue ces différences mineures dans les tags. Pour ce faire, cliquer sur le bouton Souligner les tags en couleur.

La liste des tags devant être soulignés peut être personnalisée en modifiant le tableau de chaînes JSON ShowUnderlineColorForTags du fichier des paramètres avancés, accessible en cliquant sur Modifier les paramètres avancés… sous l'onglet Application du ruban.

Edition manuelle des tags

Ajouter ou modifier un tag sur plusieurs éléments à la fois passe par l’utilisation de l’outil Ajouter ou modifier des tags.

Un clic sur le nom du tag permet d’activer ou de désactiver l’édition sur ce tag. Laisser le champ vide aura pour effet de supprimer ledit tag.

Pour le tag GENRE, une liste déroulante permettra à l’utilisateur de choisir parmi les 124 genres musicaux les plus courants. Il reste toutefois possible de saisir une valeur arbitraire dans ce champ.

Metatogger supporte les tags multiples. Il suffit pour cela de séparer les différentes valeurs dans le champ de saisie du tag par un point-virgule. Ainsi, saisir Artiste 1;Artiste 2 dans le champ Artiste entraînera la création de deux tags ARTIST, contenant respectivement « Artiste 1 » et « Artiste 2 ».

Une autre façon de faire consiste à décocher la case Ecraser les tags existants dans l’outil Ajouter ou modifier des tags. Les tags saisis seront alors ajoutés à ceux déjà existants.

Il est possible d’utiliser les identificateurs dans les champs de saisie comme, par exemple, Chanson originale de Pink Floyd, interprétée par |artist|, les identificateurs étant alors remplacés par les tags correspondants.

Une liste de choix, disponible dans le champ N° de piste, permet de choisir une option Automatique, qui aura pour effet d’incrémenter automatiquement le numéro de piste pour chaque album identifié. Les pistes seront numérotées dans leur ordre d’affichage dans l’espace de travail.

L’outil Supprimer les tags indésirables permet à l’utilisateur d’effacer les tags dont il n’a plus l’utilité. Peuvent ainsi être supprimés :

  • Tous les tags ;
  • Tous les tags communs ;
  • Tous les tags non communs ;
  • Tous les tags ni communs, ni non communs ;
  • Toutes les images embarquées ;
  • Une liste de tags spécifiés par l’utilisateur.

Quelle que soit l’option retenue, l’utilisateur a toujours la possibilité d’exclure de la suppression les tags de son choix.

Les tags considérés comme communs sont : l’artiste, le titre, l’album, le numéro de piste, la date et le genre.

Les tags considérés comme non communs sont : l’artiste de l’album, le numéro de disque, le parolier, le compositeur, les langues, l’album d’origine, l’artiste d’origine, la date d’origine, l’album (pour le tri), l’artiste (pour le tri), l’artiste de l’album (pour le tri), le titre (pour le tri), la maison de disque et le commentaire. Les paroles sont également considérées comme un tag non commun.

Edition automatique des tags

L’outil Récupérer les tags à partir du nom ou du chemin du fichier permet de récupérer les tags à partir du nom du fichier ou de son chemin.

Pour ce faire, il convient d’indiquer comment sont construits les noms (sans l’extension) ou les arborescences des fichiers en utilisant les masques adéquats. Les masques sont composés d’identificateurs.

Pour la définition de l’arborescence des fichiers, il convient de ne spécifier que les noms de répertoires contenant les tags (il est inutile de commencer à la racine de la partition) puis de remonter jusqu’au dossier dans lequel les fichiers sont enregistrés. Les différents répertoires doivent être séparés par un antislash (« \ »).

Un aperçu immédiat du résultat peut être obtenu en sélectionnant un élément quelconque dans l’espace de travail.

Même si le nom du fichier ou son chemin ne contient aucune information exploitable, et même si le titre du morceau ou son interprète est inconnu, il est possible de tenter de taguer ledit fichier automatiquement. Metatogger embarque pour cela la technologie Acoustid de reconnaissance par empreinte acoustique.

L’identification est lancée par un clic sur le bouton Taguer avec l’empreinte acoustique. Elle peut être interrompue à tout moment par un clic sur le lien Annuler dans la barre d’état du logiciel.

Metatogger comporte un outil qui va rechercher automatiquement les paroles des chansons sur le site Wikia.com, ce qui suppose un accès à internet. Son utilisation suppose que les tags ARTIST et TITLE des éléments activés soient correctement renseignés.

La recherche est lancée par un clic sur le bouton Rechercher les paroles. Elle peut être interrompue à tout moment par un clic sur le lien Annuler dans la barre d’état du logiciel.

L’outil Editer les tags avec des scripts C# permet à l’utilisateur d’appliquer un traitement personnalisé sur les tags. Cet outil repose sur l’utilisation de scripts C#, exécutés par Roslyn.

Cette fonctionnalité fait de Metatogger un éditeur de tags particulièrement flexible, car la palette des traitements applicables aux tags n’est pas limitée.

Par défaut, Metatogger fournit les scripts C# suivants, prêts à l’emploi :

  • Search & Replace : remplace une suite de caractères par une autre ;
  • Capitalize first letter : met en majuscule la première lettre du tag ;
  • Capitalize All Words : met en majuscule la première lettre de chaque mot du tag ;
  • Use two digits for track number : insère un 0 devant les numéros de piste à un chiffre ;
  • Trim : supprimer les caractères superflus avant et après les tags (espaces blancs, par exemple) ;
  • Remove from values : supprime les tags s’ils contiennent une valeur prédéfinie ;
  • MAKE UPPERCASE : met la valeur du tag en majuscule ;
  • make lowercase : met la valeur du tag en minuscule ;
  • Split track number: 3/10 –> 3 : réaffecte le numéro de piste, sans considération du nombre total de pistes du disque.

Les scripts par défaut peuvent être modifiés, mais pas supprimés ni renommés. Si une modification malencontreuse venait à être faîte, il est possible d’en restaurer un en cliquant sur le lien Réinitialiser ou de tous les restaurer en réinitialisant les paramètres du logiciel.

Un clic sur le bouton +, à la droite du nom des scripts, suffit à créer un nouveau script, qu’il conviendra de nommer. Metatogger ajoute automatiquement un squelette de code se contentant de renvoyer les valeurs des tags sans les modifier.

La variable files, à utiliser dans les scripts, est du type IEnumerable<AudioFile>. La classe AudioFile contient diverses propriétés et méthodes pour manipuler les tags des éléments activés dans l’espace de travail.

Les scripts par défaut peuvent être consultés sur le dépôt GitHub des scripts de Metatogger. Vous pouvez contribuer à l’enrichissement de ce référentiel en proposant des améliorations aux scripts existants ou en soumettant de nouveaux scripts, par l’intermédiaire de « pull request ».

Taguer avec la base de données

Il arrive parfois que l’on sache certaines informations sur le disque dont est issu un morceau (le titre d’une des pistes, le nom de l’artiste ou le titre de l’album), mais sans que ces informations ne soient mentionnées quelque part.

Dans cette hypothèse, il pourrait être utile de requêter une base de données répertoriant les albums sortis dans le monde. Ainsi, les éléments pourraient être automatiquement tagués à partir d’informations extraites de cette base de données. Metatogger dispose à cette fin de l’outil Taguer avec la base de données.

Metatogger dispose d’une base de données LocalDB dans laquelle figurent près de 1 500 000 disques. Les données sont fournies par la communauté MusicBrainz.

Si la base de données est téléchargeable sur le site Lumisoft, elle est ensuite installée localement sur l’ordinateur de l’utilisateur. Ainsi, l’outil peut être utilisé sans qu’une connexion internet ne soit requise.

La base de données est mise à jour tous les trois à quatre mois environ. Le bouton Mettre à jour sous l’onglet Application procédera, le cas échéant, au téléchargement et à l’installation automatique de la dernière base de données disponible. Le nombre d’artistes, d’albums, de pistes et pochettes contenus dans la base est affiché sous le même onglet.

Les statistiques de la base de données

Metatogger télécharge et installe automatiquement sa base de données à partir d’internet, par un clic sur le bouton Mettre à jour, disponible dans l’onglet Application. Toutefois, cela suppose de disposer d’une connexion internet.

Il est possible d’installer la base de données de Metatogger hors ligne, sans connexion internet. Pour ce faire, procédez ainsi :

  1. Téléchargez la base de données de ici ;
  2. Assurez-vous que Metatogger soit bien fermé, puis décompressez les fichiers de la base de données dans le dossier %LOCALAPPDATA%\Luminescence_Software, en écrasant, le cas échéant, les fichiers existants ;
  3. Démarrez Metatogger, puis cliquez sur l’onglet Application, sur lequel vous devriez voir un message indiquant que la base de données doit être optimisée pour améliorer les performances des requêtes ;
  4. Cliquez alors sur la commande Optimiser maintenant et attendez la fin du processus. Le logiciel ne peut être fermé tant que l’optimisation de la base de données est en cours.

Les outils Récupérer les tags à partir de la base de données et Récupérer les pochettes de disques sont dorénavant opérationnels. Concernant l’outil Récupérer les pochettes de disques, vous ne pourrez pas faire l’économie, sous réserve d’éventuelles pochettes déjà mises en cache, d’une connexion internet dans la mesure où la base de données ne contient pas les pochettes elle-mêmes mais seulement leur adresse sur internet.

Requêter la base de données consiste à saisir les informations (mots clefs) sur l’album recherché : son titre, le nom de l’artiste, ou encore le titre d’une des pistes de celui-ci. La commande Importer les tags comme mots-clés permet d’importer automatiquement les tags adéquats comme mots clefs dans l’outil dès qu’un élément est sélectionné dans l’espace de travail . Tous ces critères sont cumulatifs. Ainsi, si j’entre Dire Straits dans le champ Artiste et Sultans of Swing dans le champ Titre, Metatogger me retournera tous les albums de Dire Straits dont lequel figure une piste intitulée « Sultans of Swing ».

Il est possible d’utiliser le caractère joker « % » qui signifie « n’importe quelle suite de caractères », ou le caractère joker « _ » qui signifie « n’importe quel caractère ». Par exemple, si je saisis %goldman dans le champ Artiste, Metatogger me renverra indifféremment les albums de « Jean-Jacques Goldman » que de « J.J. Goldman ». Si je saisis %goldman%, le logiciel renverra également les albums du trio « Fredericks Goldman Jones ».

Identifier un album ne servirait à rien si Metatogger ne disposait pas de puissantes fonctionnalités de rapprochement avec les éléments activés de l’espace de travail.

Si l’album sélectionné dans la base de données contient des pistes qui n’ont pas de correspondance avec les éléments figurant dans l’espace de travail, parce qu’elles n’ont pas été copiées par exemple, il suffit de cliquer sur leur titre dans la fenêtre de résultat. Les pistes ainsi désactivées apparaîtront en gris et seront ignorées lors du rapprochement.

Metatogger dispose de quatre méthodes de rapprochement des informations « pistes de l’album sélectionné en base de données » <–> « éléments activés de l’espace de travail » :

  • La durée des morceaux : Metatogger rapprochera les morceaux dont la durée est identique. Comme la durée exacte d’un morceau peut varier selon les versions, Metatogger fera plusieurs passes en élargissant progressivement la tolérance de plus ou moins une seconde, dans la limite de plus ou moins quatre secondes ;
  • Le nom des fichiers audio : Metatogger considérera un morceau identique si le titre de la piste se retrouve dans le nom de fichier de l’élément ;
  • L’ordre d’apparition des éléments dans l’espace de travail : le premier élément activé sera associé à la première piste de l’album, le deuxième élément activé à la deuxième piste de l’album, etc. Très pratique lorsque les noms des fichiers audio sont track01.mp3, track02.mp3, etc., qu’il suffit alors de trier par ordre croissant.

L’outil Récupérer les pochettes permet de rechercher des pochettes des disques qui pourront être soit intégrées directement dans les tags, soit copiées dans le dossier dans lequel est enregistré le fichier.

Un clic droit sur les miniatures permet d’exporter l’image.

Il est possible de choisir les images de son choix en cliquant sur le lien Ouvrir des pochettes… ou en les glissant-déposant directement dans l’outil.

Gestion des fichiers

L’outil Renommer et classer permet de travailler sur le nom ou le chemin des fichiers audio.

Son utilisation repose sur l’utilisation des masques, composés d’identificateurs et de blocs conditionnels, indiquant comment et où doivent être stockés les fichiers.

L’utilisateur qui souhaite réorganiser sa médiathèque a le choix entre, soit déplacer ses fichiers, soit les copier, soit créer des liens symboliques (sous Windows Vista et supérieur uniquement, lorsque le programme est démarré avec les droits administrateurs). Metatogger créera, le cas échéant, les répertoires et sous-répertoires nécessaires à la réorganisation des fichiers.

Un aperçu immédiat du résultat peut être obtenu en sélectionnant un élément quelconque dans l’espace de travail.

Metatogger comporte, depuis la version 4.1, un outil qui va rechercher les fichiers audio potentiellement dupliqués à l’aide d’une technologie d’identification par empreinte acoustique. Un clic sur le bouton Rechercher des doublons aura pour effet de grouper les éléments par similarité, chaque doublon identifié étant placé dans un groupe distinct.

Il existe une astuce très pratique pour identifier les fichiers audio potentiellement dupliqués, lorsque le nom du fichier diffère mais dont le titre et l’artiste sont identiques. Il suffit de grouper les éléments par ARTIST, puis par TITLE. Sauf duplication, il ne devrait y avoir qu’un seul élément par groupe. Un clic sur la commande Fermer les groupes ne contenant qu’un élément, disponible dans le menu contextuel de la zone de groupage, permettra de mettre en avant les doublons potentiels.

Il sera alors aisé d’effacer, après vérification, les doublons identifiés.

Pour supprimer physiquement les fichiers audio sélectionnés dans l’espace de travail, il suffit de cliquer sur le bouton Supprimer les éléments sélectionnés ou sur le bouton Supprimer les éléments activés.

En réalité, les fichiers ne sont pas détruits définitivement, mais sont seulement envoyés dans la corbeille de Windows.


Vous n’avez pas trouvé la réponse à votre question ?

Vous pouvez contacter le support technique en cliquant sur le boutton ci-dessous. Avant de signaler une anomalie, merci de suivre les préconisations formulées dans cet article, intitulé « Comment signaler efficacement un bug ? ».